L'amitié

L’amitié, ça m’a surpris au déjeuner par un appel, une invitation pour jouer
Oui n’importe où, bien sûr dehors bien surveillés ou dans l’salon, dans la cabane où nous entrons
émerveillés, par ces coussins, chaises, oreillers, ces couvertures

qui font le toit qui font les murs de notre enfance

Toute pleine de joie et de p’tits pas que maman prend pour de la danse…

 

L’amitié, c’est deux guitares qui font chanter nos cœurs de jeunes, dans la nature et l’aventure.

Surtout le soir bien arrosé où on s’retrouve en musique, avec celles qui nous font rêver…

Et tous ces rires, les conneries de la journée qu’on se raconte pour nous apprendre la vie le monde qui court si vite,
inconscient de stupidité que l’on changera avec nos idées

 

L’amitié, ça se retrouve après longtemps comme si le temps n’existait pas pour notre cœur
C’est d’être ensemble, à s’dire les fleurs et les épines de nos questions, d’entendre les réponses qui
font ‘bon’ et qui permettent d’être soi-même d’aller vers l’autre un peu plus loin dans cette quête qui
n’a pas d’fin, mais qui se nourrit de sa présence attentionnée et de cette belle complicité.

 

L’amitié, ça nous rend triste quand l’rendez-vous est repoussé, par manque de temps par des raisons
de notre vie d’con… sommateur qui arrive à l’heure d’la performance, qui frôle souvent la démence et qui rend seul, parmi le monde même la famille pour raconter, une page d’histoire, d’intimité de notre vie, qui a besoin de cet écho lucide et tendre sur ses errances…

 

L’amitié, parfois ça couve un feu d’amour une passion, que la vie se charge d’allumer
Oui, l’amitié, c’est du soleil pour l’immigré quand sous la porte, une invitation fait rêver
Moi j’ai envie parfois de la crier si fort pour qu’on l’honore pour qu’on y fasse assez d’espace dans nos vies,

pour qu’on découvre tous ses trésors, les jours de joie, les jours de pluie.

 

Robert Gariépy – tous droits réservés