Bourgeon

Je me retrouve ici avec toi mon amie, Les ‘je t’aime’ de mon cœur et puis toutes mes envies.
Tout mon sens de l’honneur, et le cri de mon âme,

Que révoltent l’interdit d’avoir plus qu’une flamme…

 

Apaisé par le sens posé par tes paroles, Sur la haine féroce de l’amour en plein vol
Qui décoche ses flèches jusqu’au creux de ma chair, Un café, tu es là, dans mon imaginaire…

 

Craque bourgeon, fais face à tes peurs
Détraque les augures de malheur
Il y aura du vent et de la pluie
Du soleil et des bourdons dans la nuit

 

Que fais-tu de tes pas qui promènent ton corps? Cherchent-ils direction en-dedans, au dehors
vers celui qui te donne sens unique et feu vert, qui s’écrie dans la nuit en silence et en vers!

Il y aura les futurs, les lendemains à construire, les projets, les possibles, et le fou de nos rires.
Les embûches et le sens à trouver tous les jours dans tes yeux si je peux voyager alentour…

 

 

Il faut toujours chercher à aimer de son mieux ses parents, ses amis, ses limites et ses rêves.
Nous serons dans la vie qui s’enfuit et s’achève qui donne le bonheur à qui sait s’aimer mieux.
Car enfin ces amours que l’on porte en soi-même s’ils ne trouvent une sortie, sont toujours en
carême finissent par la révolte contre toute l’inertie de nos règles, de nos lois, et du manque de oui !

 

Robert Gariépy – tous droits réservés